Retex en tant que CTO d’une startup

Article posté initialement sur le forum pragmatic entrepreneur. (La rédaction a été améliorée)

J’ai été CTO pour une startup Web. Du point de vue technique c’est très enrichissant : on est seul chef à bord, il faut tout gérer donc on touche à tous les domaines du web au lieu d’être confiné à une certaine expertise.

Pour ma part, j’en ai profité pour enfin pouvoir travailler proprement avec un process qualité que je n’avais jamais pu mettre en place dans les sociétés de services (tests automatisés, politique de déploiement propre, backups, etc…).
Je ne jette pas la pierre sur les SSII, elles ne font pas le même job : souvent ce sont des sites jetables, à bas coûts, alors que dans mon cas je savais que le site allait de voir vivre et évoluer plusieurs années.

D’autre part, alors qu’en SSII je devenais de plus en plus  » spécialiste de la spécialité », c’est à dire confiné à un domaine d’expertise de plus en plus restreint, en tant que CTO j’ai pu m’occuper de tous les aspects d’un site web (SEO, backup, perf, versionning, deploiment, monitoring, marketing, architecture, hébergement, ABtesting, sécurité, etc…). En plus j’ai eu la chance de participer à une ICO (sur la blockchain ethereum) qui a réussie.

Mais …
C’est donc un boulot exigeant, il faut être sur tous les fronts, et bien souvent, à n’importe quelle heure, notamment pour gérer les urgences. Ensuite on est mal payé, c’est un fait. Si la startup décolle c’est intéressant c’est sûr, mais il y a beaucoup d’échecs et contrairement aux investisseurs qui répartissent le risque sur plusieurs entreprises, le CTO en général n’en gère qu’une. Si ça « plante », il a gagné de l’expérience, mais c’est à peu près tout.

Après, de l’expérience justement, je pense qu’il faut quand même beaucoup en préalable pour gérer une startup en tant que CTO : il faut être capable de faire les bons choix, ça va de soi, mais ce n’est pas tout, il faut être capable de les expliquer. Parce que souvent, ce qui se passe c’est que les bons choix coûtent plus cher à court terme, mais moins cher à long terme et une startup c’est parfois de la survie au jour le jour. Il faut savoir gérer les demandes du “patron” qui n’est pas toujours au fait des pratiques et de la culture du web, et il faut gérer les autres développeurs, plus ou moins compétents, plus ou moins motivés, dans un environnement ultra-compétitif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *